COMMENT DEVENIR ASSISTANT(E) MATERNEL(LE) 

Présenté et réalisé en partenariat avec 

Profil : 
La profession d’assistante maternelle était régie par la loi n°92-642 du 12 juillet 1992 et ses décrets d’application qui ont apporté de profondes modifications au statut professionnel des assistantes maternelles institué par la loi du 7 mai 1977.
2005 a été une année charnière pour ce métier : une convention collective applicable depuis le 01/01/2005, et la loi n°2005-706 du 27 juin 2005 régissant la profession. C’est une véritable reconnaissance de la profession.

En 2002, sur 2,3 millions d’enfants âgés de moins de trois ans, la moitié est gardée au foyer par un parent, un enfant sur cinq est accueilli au domicile d’assistantes maternelles agréées (467 000 enfants) et plus d’un enfant sur dix est accueilli dans une crèche. 240 000 enfants âgés de trois à six ans sont accueillis après l’école par une assistante maternelle. (Source : Caisse nationale des Allocations familiales).

En janvier 2002, la protection maternelle et infantile (PMI) comptait 424 100 assistantes maternelles agréées : 46 300 à titre permanent, 25 600 en crèches familiales, 343 100 à la journée et 9 100 mixte (Source : DREES). Le nombre d’assistantes maternelles agréées à titre non permanent (accueillant les enfants la journée) a triplé en dix ans et  pourra atteindre les 700 000 dans les cinq ans à venir.

Cette forme d’accueil indispensable a crû de manière considérable cette dernière décennie. Elle constitue désormais, aux yeux des Français, le premier mode d’accueil des enfants. Par ailleurs, selon un rapport du Commissariat général du Plan de novembre 2002, cette profession pourrait constituer dans les années à venir un gisement important de création d’emplois.

La loi du 27 juin 2005 s’inscrit dans une volonté de mieux distinguer deux métiers fondamentalement différents : d’un côté, celui des assistantes maternelles non permanentes, désormais les seules appelées « assistantes maternelles », de l’autre, celui des assistantes maternelles permanentes, dénommées « assistantes familiales », a un double objectif.

D’une part, il a pour vocation de permettre une plus grande qualité des soins apportés aux enfants accueillis par une meilleure intégration professionnelle des accueillants. D’autre part, le projet vise à améliorer le statut de ces professionnelles en le faisant converger vers le droit commun, afin de rendre ces deux métiers plus attractifs et répondre ainsi, dans les années à venir, à la demande d’accueil.

Les assistantes maternelles exercent un métier bien spécifique mais attention elles ne sont pas des mères de substitution. Les pré-notions ont la vie dure. Méfions-nous de ces images trompeuses qui figent le temps. Dans le monde des assistantes maternelles, la « révolution » a bien eu lieu, même si elle s'est faite lentement et à bas bruit. Les « nounous » d'aujourd'hui ne sont pas les clones de celle d'hier. Les parents de notre siècle n'en attendent pas les mêmes services, et les enfants n'occupent plus la même place qu'autrefois dans notre société. Les conceptions de l'enfance ont bougé et avec elles les femmes qui au quotidien les mettent en oeuvre.

Mission :

L’accueil à titre non permanent consiste à accueillir à son domicile des mineurs confiés par leurs parents pendant les heures de travail de ces derniers : cet accueil peut donc s’exercer à la journée, en dehors des heures d’école, la nuit.

Les Conseils généraux, les maisons de l'enfance et autres organismes organisent de façon régulière des séances d’information relatives à l’activité d’assistante et d’assistant maternel, au cours desquelles sont évoquées notamment les modalités d’exercice de cette activité, les conditions de l’agrément, les droits et obligations qui s’attachent à cet agrément, les besoins de l’enfant et les relations avec les parents ou les personnes responsables de l’enfant.

Devenir assistante maternelle :

Si vous êtes intéressée par cette profession, vous devez adresser une lettre de motivation à l’attention du médecin responsable du Service de la Protection Maternelle et Infantile de votre département. Il vous proposera de participer à une réunion d’information sur ce métier.

Capacités professionnelles : 
Patience, dévouement, grande disponibilité et beaucoup de psychologie, voilà les points communs à toutes les professions gravitant autour des enfants. Des métiers exigeants, où l'on parle volontiers de vocation et qui en manquent cruellement. 

Formation : 

Actuellement  toute assistante maternelle agréée est tenu de suivre une formation d’une durée minimale de 60 heures dans un délai de cinq ans suivant son agrément dont 20 heures au cours des 2 premières années. Avec la nouvelle loi la formation va être de 120 heures.
Sont dispensés de l’obligation de formation les assistantes maternelles agréées :
- titulaires d’un diplôme sanctionnant au moins 2 années d’études post-secondaires dans le domaine de la petite enfance ;
- justifiant du suivi de la formation minimale obligatoire de 120 heures sur une durée de trois ans, imposée aux assistantes maternelles agréées pour l’accueil de mineurs à titre permanent.
La formation est à la charge du département.
Le premier renouvellement est soumis à l'obligation de présentation de l'attestation de formation. Le non-suivi de celle-ci est un motif de non renouvellement d'agrément.

Quels sont les objectifs de cette formation ?
Deux grands axes :
- éducatif
- professionnel
L’objectif éducatif :
- vous aider dans votre responsabilité éducative,
- améliorer votre connaissance du développement, des rythmes et des besoins de l’enfant (alimentation, sommeil, etc..),
- développer vos relations avec les parents au sujet de l’enfant.
L’objectif professionnel :
Vous informer sur vos droits et obligations dans le cadre du contrat de travail conclu avec les parents.

L’agrément, une étape indispensable

Pour faire une demande d’agrément, il faut remplir un formulaire que l’on obtient en s’adressant soit au service départemental de protection maternelle et infantile (PMI), soit en contactant l’assistante sociale de son quartier ou le responsable de la petite enfance de sa commune.

Il faut fournir les renseignements suivants : état civil, situation familiale, conditions matérielles de l’accueil (surface habitable, nombre de pièces, cour, jardin…), niveau d’études, expérience professionnelle antérieure, motivations, choix du type d’accueil proposé (permanent ou non) et nombre d’enfants que l’on souhaite accueillir.

Ce formulaire, complété d’un certificat médical attestant l’état de santé de la candidate, peut être soit envoyé par lettre recommandée avec accusé de réception au président du conseil général du département de résidence, soit déposé directement au service de PMI du département contre délivrance d’un récépissé.

Des vérifications sont effectuées

Après vérification des conditions d’accueil (salubrité du logement, qualité de l’environnement familial, etc.), le service départemental de PMI donne son avis, mais la décision finale relève de la compétence du président du conseil général, qui dispose, pour un accueil non permanent, de trois mois pour se prononcer.
Passé ce délai, sans réponse de l’administration, l’agrément est réputé acquis. Il est délivré pour une période de cinq ans.

Employeurs : 

L’assistante maternelle peut être employée directement par un particulier, par l’intermédiaire d’une crèche familiale ou par des organismes spécialisés. Dans les deux cas, elle doit obtenir un agrément, préalable à l’embauche.
Deux formes d’exercice sont possibles : un accueil journalier non permanent (le plus pratiqué) et un accueil permanent, 24 h/24, pour placement d’enfant.

Salaire :

La rémunération minimale des assistantes maternelles est exprimée en SMIC horaire par enfant et par jour d’accueil.
Depuis le 1er janvier 1993, son montant minimal est fixé à 2,25 fois le SMIC horaire par jour et par enfant présent pour une durée d'accueil de 8 à 10 heures. Pour une durée d’accueil inférieure à 8 heures, la rémunération minimale est égale, par enfant et par heure, à un huitième du montant minimal défini précédemment.
Au-delà de 10 heures d'accueil dans une même journée, l'assistante maternelle percevra des heures supplémentaires qui ne peuvent être inférieures à 1/8e du salaire versé pour 8 heures d'accueil.
En cas d’absence de l’enfant, des indemnités compensatrices d'absences peuvent remplacer la rémunération (1/2 salaire).


En savoir plus :
Un magazine en kiosque: Assistantes Maternelles Magazine
Un livre: Assistantes maternelles. Qui êtes-vous? par Catherine Sellenet, Éditions Pros Pages
Un site Internet : http://www.assmatmag.com/
Formation continue : www.cdclik.com/assmatform.html